A comme Aline

À quelques occasions, mon père m’avait brièvement parlé d’Aline, sa grand-mère maternelle. De toute évidence, il l’aimait beaucoup et a même prénommé ma soeur Aline en son honneur. Il me la décrivait comme un pilier de la famille offrant du support à sa fille, veuve de guerre avec trois jeunes enfants. Pendant que sa fille Christine travaillait, elle s’occupait de la maison, préparait les repas s’assurant ainsi que les membres de la famille aient à manger quand ils rentraient.

J’ai cependant eu un peu de difficulté à la retracer. L’acte de naissance de ma grand-mère Christine Frey fait référence à une Aline Judas et un Adam Frey. En revanche, alors que le certificat de mariage de Christine Frey et Edouard Guillaumant mentionne une Aline Gudas, les signatures indiquent clairement le nom Judasse. C’est cette dernière orthographe qui m’a permis de la retrouver.

Signature de mon arrière-grand-mère au mariage de sa fille Christine avec Edouard Guillaumant le 18 avril 1903, Paris 6e

Ma mère m’avait aussi dit que certains membres de la famille de mon père étaient originaires de l’Aisne. C’est dans ce département que j’ai pu retracer la famille Judasse qui fut fort prolifique au 19e siècle mais dont il reste de nos jours fort peu de membres.

J’ai ainsi pu remonter jusqu’à Prosper Judasse qui, lors de son mariage avec Marie Louise Leclerc le 7 février 1825, a dû avoir recours à un acte de notoriété car il ne connaissait pas ses origines.

       “…Prosper Judasse, garçon majeur, tisserand demeurant ordinairement à Monampteuil, lequel nous a exposé qu’il n’a jamais connu, ni son père, ni sa mère et qu’il ignore totalement le lieu de sa naissance, nous a présenté selon l’article soixante-dix, soixante-onze et soixante-douze du code civil, un acte de notoriété par sept témoins reçu par Monsieur le juge de paix du canton d’Auzy-le-chateau..”   5Mi0334 1821-1833 Bouconville-Vauclair, vue 78, archives départementales de l’Aisne.

Bien que son certificat de mariage le décrive comme majeur, à la naissance de son premier fils quelques mois plus tard, il déclare avoir 21 ans. En 1825, un garçon était considéré comme ayant la majorité matrimoniale à 25 ans et la majorité civile à 21 ans. Toutefois sans parents connus qui auraient pu s’opposer à son mariage et potentiellement le déshériter, cela ne semblait pas poser le moindre problème. Toujours selon le code civil de 1804, la majorité matrimoniale des filles était de 21 ans.

Sur une période de dix-huit ans, allant de 1825 à 1843, Prospère et Marie Louise ont eu dix enfants soit six garçons et quatre filles et dont deux sont morts en bas âge.

Mon aïeul, Prosper Victor Judasse, leur deuxième fils et cinquième enfant, né en 1832, a épousé une fille de la région Marie Florentine Marchand née également à Pargny Filain, en 1840. Eux-mêmes ont eu quatre enfants dont Marie Flore Victorine, née en 1860, est l’aînée. En 1882, celle-ci épouse à Pargny Jean Adam Frey originaire de Postroff, arrondissement de Sarrebourg dans la Meurthe. Ils se sont probablement rencontrés à Paris où ils demeurent tous les deux. Ensemble, ils auront six enfants dont ma grand-mère Christine née en 1883 (voir liste ci-bas).

Mais d’où vient le nom Aline?

La première mention en est faite à Pargny-Filain, en août 1880, lors de la déclaration par Marie Florentine Marchand de la naissance d’une Claire Aline Judasse, fille de Flore Aline Judasse sa fille de 20 ans et de père inconnu. Un mois et onze jours plus tard, Prosper Victor Judasse se rend à la mairie déclarer le décès du bébé de sa fille Flore Aline. Or selon les registres de l’état civil de Pargny-Filain, il n’y a pas de Flore Aline née vingt ans plus tôt. En fait, tout au long des années, le nom de Marie Flore Victorine va changer comme en témoignent les divers actes de naissance des enfants Frey.

Photo de mariage de Flore (née Aline Victorine Flore) Frey et Pierre Astrux en janvier 1910

Cependant, en 1889, le couple Frey-Judasse accueille sa troisième fille qu’il prénomme Aline Victorine Flore et qu’on appelle communément Flore. Celle-ci épousera Fernand Pierre Astrux à Choisy-le-Roi, en 1910, en présence de sa mère et de son beau-frère Edouard Guillaumant qui est son témoin. En 1913, elle donnera naissance à une fille prénommée Gisèle Germaine et décèdera à l’hôpital de l’Hôtel Dieu de Paris, en 1917, à l’âge de 28 ans.

Enfin, en 1893 avec la naissance de Jean Pierre Frey on retrouve sur les documents officiels le nom d’Aline Victorine Flore Judasse épouse de Jean Adam Frey.

Voici donc trois Aline soit la mère née Marie Flore Victorine en 1860 et ses deux filles dont une est morte âgée de seulement une quarantaine de jours et l’autre née à Paris.

Récapitulatif des différents actes et registres :

Date/ lieuNom de l’enfantParents/Géniteurs
1880 à Pargny-Filain  Claire
Aline Judasse
Flore Aline Judasse 20 ans / père inconnu  
Déclaration de naissance par Marie Florentine Marchand
Déclaration de décès par Prosper Victor Judasse
1882 à
Paris 6e
Jeanne Louise ChristineJean Adam Frey 28 ans et Marie Victorine Flore Judas 22 ans, concierges, domiciliés 66 rue Notre Dame des Champs
1883 à Paris 15eChristineAdam Frey 29 ans, frotteur (voir F comme frotteur) et Aline Judas 23 ans, domestique, domiciliés 19 Avenue du Maine
1889 à Paris 6eAline Victorine Flore
(communément appelée Flore)
Jean Adam Frey 35 ans, frotteur et Marie Victorine Judas 29 ans, journalière, domiciliés 101 rue du Cherche Midi
1891 à Paris 6eMarie MadeleineJean Adam Frey 36 ans, frotteur et Marie Victorine Judasse 32 ans, femme de ménage, domiciliés 101 rue du Cherche Midi
1893 à Paris 6eJean PierreJean Adam Frey, 39 ans, frotteur et Aline Flore Victorine Judasse, 36 ans, femme de ménage, domiciliés 101 rue du Cherche midi
1900 à Paris 6eJean Robert LucienJean Adam Frey 46 ans, frotteur et Victorine Flore Judasse, 41 ans, concierge, domiciliés 101 rue du Cherche midi.

Cependant, quand le 14 novembre 1951 ou 58, un certificat de décès a été établi, supposément au nom d’Aline Judasse, sa mort fut rapportée, sans mention de lieu, dans les registres d’état civil municipaux de Pargny-Filain avec la déclaration de naissance de Claire Aline pourtant née et morte en 1880. Toutefois, il ne peut s’agir ni d’Aline Victorine Flore morte le 2 novembre 1917 ni de sa mère Marie Flore Victorine inhumée dans le caveau familial de la famille Frey au cimetière de Bagneux, le 31 mars 1939. Aussi la véritable identité de la personne rapportée demeure un mystère.

Photo de mon père à 16 ou 17 ans avec sa sœur Gilberte prise au début des années 30. Leur grand-mère Aline âgée de 72 ou 73 ans est en arrière-plan.

Quand, comment et pourquoi Marie Flore Victorine est devenue Flore Aline ou encore Aline Flore Victorine demeure un mystère. Les multiples orthographes du nom Judasse à travers les différents actes d’état civil n’ont pas aidé à clarifier les choses. Mais en me basant sur les dates, adresses et professions, je suis convaincue qu’il s’agit de la seule et même personne ainsi que du même couple.

Publié par L'abécédaire de mes ancêtres

Bonjour, D'origine française, je vis au Canada depuis plus de 40 ans. Généalogiste amateure, j'essaye de retracer la vie de mes ancêtres. Grâce à l'aide inestimable de parents mais aussi à des photos d'époque et à des articles de journaux ainsi qu'à des documents d'état civil et d'archives, je m'efforce de remonter le temps. Les articles réunis dans ce blogue sont principalement destinés à ma famille mais aussi à toute personne intéressée à l'histoire du quotidien et de gens ordinaires ayant mené une vie supposément sans histoire. Dominique G.

2 réflexions sur “A comme Aline

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :