G comme Madame Solange Gourcy

Solange Gourcy née Ferreri avec son mari Gustave Gourcy en 1953

Depuis ses dix-huit ans, Solange vit et travaille comme domestique chez les Chassagne Voir (G comme Gagée). Aimé Chassagne est un expert-géomètre qui a repris l’étude de son père. Ils habitent sur la rue de la Berbiziale, une des belles rues bourgeoises du centre ville d’Issoire. Solange aime beaucoup son nouvel environnement, le marché est proche et ses patrons apprécient ses services. Depuis quelques mois, sa vie a encore changé. Sa patronne a accouché d’une petite fille et depuis sa charge de travail s’est non seulement alourdie mais, comme tout le monde dans la maisonnée, ses nuits sont régulièrement interrompues.

De toute façon, à part le bébé, elle a autre chose en tête. Depuis quelques mois, elle fréquente Gustave Gourcy, un solide jeune homme, qui a grandi à St-Jean-des-Ollieres, un village d’Auvergne semblable à ceux dans lesquels elle a elle-même grandi. Après son service militaire, il est revenu s’installé à Issoire, où il habite avec sa mère et son frère, rue des Capucins, à dix minutes à pied de chez elle. 

Il travaille comme journalier à l’usine de gaz d’Issoire mais, tout comme elle, il est travaillant, entreprenant et a des projets. En fait, ils ont plusieurs projets communs, le premier étant de se marier.

On est en janvier 1928 et Solange aura 21 ans en août. Elle doit encore attendre plus de six mois pour avoir sa majorité et être libre de faire ses propres choix. Mais ils ont hâte et ces quelques mois leur semblent si loin et l’attente interminable. Afin d’accélérer les choses, Solange a déposé auprès de l’assistance publique de la Seine, une demande d’autorisation pour pouvoir se marier. Il lui faut aussi une copie de ses papiers d’état civil afin de constituer son dossier de mariage et passer devant monsieur le maire. 

Cette demande a immédiatement déclenché toute une série d’actions de la part des bureaux de l’assistance publique de la Seine.

Demande de rectifier le dossier basée sur la réception
de l’extrait d’acte de naissance de Solange
Extrait du dossier des Archives de Paris

En recevant l’acte de naissance de Solange de la mairie du 17e arrondissement de Paris, ils ont découvert qu’elle n’était pas une enfant naturelle comme on le leur avait déclaré au moment de l’abandon, mais la fille légitime de Thomas Ferreri et ont « urgemment » corrigé leur dossier. Cette information était à l’époque importante et significative.

187 035 – Ferreri Solange – Urgent – Tampon en date du 8 février 1928 – Document pour décision Ci-joint le dossier de la pupille et son acte de naissance qui la porte légitime alors qu’elle nous a été déclarée comme naturelle. Peut-on rectifier? Fait le 10-02-28

De plus, en tant que tuteur légal de Solange, l’administration s’est informée sur ce Gustave Gourcy auprès de la mairie d’Issoire. Ils veulent, entre autres, vérifier sa moralité, sa situation professionnelle et financière et ainsi s’assurer que Gustave fera un bon époux. Heureusement, les nouvelles semblent relativement bonnes :

Lettre de la mairie d’Issoire en date du 1er février 1928
extrait du dossier des Archives de Paris

Issoire, le 1er février 1928 Monsieur le Directeur, En réponse à votre lettre du 24 courant, par laquelle vous me demandez des renseignements sur un nommé GOURCY Gustave, né le 29 mars 1906 à St. Jean des Ollières (Puy de Dôme). J’ai l’honneur de vous faire connaitre que depuis 5 à 6 ans qu’il habite la localité il n’a jamais été l’objet d’une plainte et s’est toujours bien conduit.

Quant à sa situation de fortune, je crois pouvoir vous dire qu’il ne possède pour toutes ressources que les salaires qu’il gagne dans la profession de journalier qu’il exerce.

Veuillez agréer Monsieur le Directeur l’expression de mes sentiments distingués

Signé : Le Maire

L’administration, faisant preuve de prudence, a aussi eu un entretien avec Solange pour lui faire valoir, entre autres, que Gustave n’était peut-être pas un si bon parti. Le rapport rédigé suite à cette rencontre se lit comme suit :

Première page du rapport envoyé à Paris par le bureau d’Issoire qui gère
les placements des pupilles de l’Assistance publique de la Seine
Deuxième page du rapport envoyé à Paris par le bureau d’Issoire
Extrait du dossier des Archives de Paris

Service des enfants assistés de la Seine / Direction d’Issoire

à monsieur le directeur général de l’Assistance public service des enfants assistés

La pupille Ferreri (Solange Marie Rosalie) née le 14 août 1907 n. 187035, domestique de maison bourgeoise chez les époux Chassagne rue de la Berbiziale à Issoire est recherchée en mariage par M. Gourcy Gustave, âgé de 21 ans, exerçant la profession de manoeuvre à l’usine à gaz d’Issoire et demeurant en cette ville avec sa mère, 13 rue des Capucins.

Les parents de M. Gourcy Gustave n’ont jamais été mariés.

Comme apport en mariage, M. Gustave Gourcy ne recevra que des objets mobiliers pouvant meubler sa maison. Étant revenu du régiment en mai dernier, il ne possède qu’un petit avoir.

Le jeune Gourcy jouit d’une bonne constitution. C’est un homme doué d’une excellente santé et de robuste constitution.

J’ai fait part de cette situation de famille à notre pupille qui ne l’ignorait d’ailleurs pas et lui ai donné mes conseils.

Elle insiste d’une façon toute particulière pour épouser M. Gustave Gourcy. Une fois mariés, les jeunes époux habiterons seuls. Complètement en dehors de la mère du mari.

Je vous prie d’autoriser cette union. Issoire, le 5 février 1928

L’administration finit donc par recommander qu’on autorise le mariage, même si ils pensent qu’elle pourrait prendre son temps et attendre un meilleur parti. Solange, qui travaille depuis qu’elle a treize ans, n’est pas dépensière et elle a accumulé la rondelette somme de 4280 francs d’économies. De plus, au fil du temps et avec l’aide de l’assistance publique de la Seine, elle a pu se constituer un trousseau. Gustave, lui a ni position, ni fortune à part quelques meubles. 

Solange et Gustave, mes grands-parents maternels, ont fini par se marier le 10 août 1928 soit quatre jours seulement avant les 21 ans de Solange. Ils auraient pu patienter quelques semaines ou mois de plus mais, dans ce cas, je n’aurais jamais pu raconter leur histoire.

Publié par L'abécédaire de mes ancêtres

Bonjour, D'origine française, je vis au Canada depuis plus de 40 ans. Généalogiste amateure, j'essaye de retracer la vie de mes ancêtres. Grâce à l'aide inestimable de parents mais aussi à des photos d'époque et à des articles de journaux ainsi qu'à des documents d'état civil et d'archives, je m'efforce de remonter le temps. Les articles réunis dans ce blogue sont principalement destinés à ma famille mais aussi à toute personne intéressée à l'histoire du quotidien et de gens ordinaires ayant mené une vie supposément sans histoire. Dominique G.

Un avis sur « G comme Madame Solange Gourcy »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :